Le Fondateur de l’Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, Jean-Baptiste de La Salle, est né dans un monde différent du nôtre. Il est le premier né de parents aisés. Il est mort en 1719 il y a 300 ans. Né à Reims, Jean-Baptiste de La Salle reçut la tonsure à l’âge de 11 ans, et fut nommé Chanoine de la Cathédrale de Reims à 16 ans. A la mort de ses parents, il dut assumer la gestion des affaires familiales, il acheva ses études de théologie et fut ordonné prêtre le 9 avril 1678. Deux ans plus tard, il fut reçu Docteur en Théologie. Ce fut lors de cette période qu’il tenta de s’engager avec un groupe de jeunes gens illettrés, dans le but de fonder des écoles pour garçons pauvres.

A ce moment-là, seules quelques personnes vivaient luxueusement, mais la majorité vivait dans des conditions d’extrême pauvreté ; les paysans à la campagne et les habitants miséreux des villes. Seul un petit nombre pouvait envoyer les enfants à l’école ; la majorité des enfants n’avait que peu d’espoir en l’avenir. Ému par la condition de ces pauvres, qui semblaient si loin du monde dans lequel il avait vécu étant enfant, il prit la décision de mettre ses talents et son éducation au service de ces enfants, « souvent laissés à eux-mêmes ». Pour être plus efficace, il renonça à la maison familiale et emménagea avec des professeurs, renonça à sa position de Chanoine et à sa fortune, puis il forma la communauté des Frères des Écoles Chrétienne.

 

Son entreprise rencontra l’opposition des autorités ecclésiastiques, qui ne souhaitaient pas la création d’une nouvelle forme de vie religieuse, une communauté de laïcs consacrés conduisant des écoles « ensemble et par association ». Le monde éducatif de l’époque fut choqué par ses méthodes innovantes et sa volonté absolue de gratuité pour tous ; totalement indifférent au fait de savoir si les parents pouvaient payer ou pas. Malgré tout, De La Salle et ses Frères ont réussi, avec succès, à créer un réseau d’écoles de qualité, caractérisé par l’utilisation du bon français, par des groupes d’élèves réunis par niveau, par une instruction pleine de valeurs humaines communes à tous, préparée par des professeurs ayant vraiment la fibre éducative, et par l’implication des parents dans l’instruction. De plus, De La Salle fut un précurseur en proposant des programmes pour former des professeurs laïcs, des cours les dimanches pour les jeunes ouvriers, et l’une des premières institutions pour la prise en charge de « délinquants ». Harassé par une vie faite d’austérités et de labeurs, il mourut à Saint Yon, près de Rouen, en 1719, quelques semaines seulement avant son 68ème anniversaire.

Jean-Baptiste de La Salle est le premier à avoir mis en place des centres de formation pour les professeurs, des écoles d’apprentissage pour les délinquants, des écoles techniques, et des écoles secondaires pour les langues modernes, les arts et les sciences. Son oeuvre s’est répandue très rapidement en France, et après sa mort, à travers tout le monde. Jean-Baptiste de La Salle a montré comment enseigner et s’occuper des jeunes, comment faire face au manque et à la faiblesse avec compassion, comment soutenir, affirmer et guérir. Aujourd’hui, des écoles lasalliennes existent dans 80 pays autour du monde : Nous dénombrons plus d’un million d’élèves des écoles lasalliennes dans le monde, quelque soit le milieu social, la culture d’origine et la religion puisque la devise est l’accueil de tous!