Lisa Chevallier et son spectacle détonnant!

Le lycée Saint-Michel a accueilli la comédienne Lisa Chevallier qui s’est illustrée mercredi 22 mars dans un spectacle détonnant : Trop bonne, trop conne! Humoristique, frais, tout en étant particulièrement bien pensé, ce “one woman show” est une évocation singulière de la jeunesse, de la femme et de sa position dans notre société d’aujourd’hui. Elle a accepté de répondre à nos questions et nous raconte en quelques mots son parcours de comédienne.

– Pouvez-vous vous présenter et nous dire ce qui vous a donné l’envie de faire du théâtre?

Je m’appelle Lisa Chevallier, j’ai 29 ans et je suis comédienne. J’ai toujours aimé aller voir des pièces et des spectacles comiques. L’un de mes premiers souvenirs de théâtre remonte à une vingtaine d’années. Je devais avoir environ 10 ans et avec ma famille, nous sommes allés voir “La vie Parisienne” d’Offenbach à la Comédie Française. Les costumes, le théâtre, les musiques et l’énergie des comédiens m’ont beaucoup marquée et je m’en souviens encore ! Plus récemment, après quelques années à travailler dans la communication, je sentais que je passais à côté de quelque chose qui pourrait m’épanouir totalement. Au printemps 2013, j’ai vu le one-woman-show d’une comédienne qui s’appelle Anne-Sophie Girard à Paris et c’est là que j’ai eu le déclic. A la voir s’amuser sur scène et faire rire les gens, j’ai eu envie de faire la même chose. J’ai donc suivi une formation théâtrale durant laquelle j’ai écrit mon spectacle. Et ca fait maintenant presque 2 ans que je le joue.

– Pouvez-vous nous raconter ce dont parle votre spectacle?

Durant le spectacle, le dieu des cons (Blagus), m’informe que je suis nominée pour être la conne de l’année. Je vais donc m’efforcer de lui montrer que je mérite ce titre. A travers plusieurs sketchs, où je pratique à fond l’auto-dérision, je mets en avant mes échecs amoureux, la vie de famille ennuyeuse, mes goûts musicaux plus que douteux … Je pars également dans un délire très personnel où j’imagine ce qu’auraient donné certaines périodes historiques si nous avions eu les réseaux sociaux. Enfin, dans ce spectacle, vous ferez la connaissance de Gwendoline, ma stagiaire (que j’interprète également) qui n’est pas en reste au niveau de la naïveté et de la sottise. D’ailleurs, qui de elle ou moi sera finalement élue reine des connes ? Je pratique de l’humour populaire, il n’y a rien d’engagé, de politique ou encore d’humour noir.

– Est-ce difficile de monter seule sur scène pour faire rire votre auditoire? Comment vous préparez-vous?

Oui, il y a toujours un peu de trac avant de monter sur scène car chaque public est différent, chaque représentation est différente. C’est ce qui fait le charme du spectacle vivant! Il faut en permanence s’adapter au public. Et à l’inverse d’une pièce de théâtre, on ne peut pas se reposer sur ses partenaires de jeu. Mais j’aime jouer avec le public, et pouvoir improviser en fonction de leurs réactions. Tant que c’est bienveillant, j’apprécie d’être déstabilisée quelques secondes par une réaction de spectateur à laquelle je ne m’attends pas. Et avant le début du spectacle, je m’échauffe la voix, fait quelques exercices de diction. Et surtout, j’aime regarder le public s’installer: je repère ainsi les spectateurs masculins que je vais pouvoir draguer pendant le spectacle !!!

– Que pensez-vous en quelques mots de vos premiers jours à Istanbul, et de votre passage au lycée Saint-Michel?

Je suis extrêmement bien reçue au lycée Saint-Michel et je voudrais remercier toutes les personnes qui m’ont accueillie ! C’est un établissement magnifique et on sent qu’il y a de l’histoire dans ces murs ! Quant à Istanbul, j’aime beaucoup. C’est la 1ère fois que je viens en Turquie et quand je voyage, j’aime me sentir dépaysée et c’est le cas avec la Turquie. Je suis frappée par l’immensité de la ville et je ne pourrai malheureusement pas tout visiter. Mais j’espère pouvoir revenir !

Nous remercions cette comédienne de talent, artiste dans l’auto-dérision, qui nous a fait rire aux larmes, et lui souhaitons tout le succès qu’elle mérite pour ses prochains projets sur scène.